Plan du siteContactS'inscrire en ligneS'identifierAccueil
Fonds Hélène et Edouard Lerclerc
RssFacebookTwitter
POUR UNE CULTURE ACCESSIBLE A TOUS
Actualités
          • L'exposition pas à pas... "Tous les vivants étaient morts..."

          • En 1921, Giacometti est confronté de manière directe à l’expérience traumatisante de la mort, lorsqu’il assiste au décès brutal de Pieter van Meurs pendant un voyage en Italie. Dès lors, la mort restera omniprésente dans son travail de manière plus ou moins explicite, qu’il creuse les traits d’un visage au point d’en révéler le squelette ou qu’il dessine son ami Michel Leiris alité après une tentative de suicide, tel un gisant, vivant mais pourtant presque mort. En 1946, Giacometti publie un texte déterminant «Le Rêve, le Sphinx et la mort de T.» dans lequel il parvient enfin à raconter, à travers un rêve qu’on imagine récurrent depuis le drame de 1921, cette sensation de percevoir la mort à travers les vivants.
          • Tête sur tige, 1947 © Succession Giacometti (Fondation Giacometti + Adagp) Paris, 2015
          • Publiée le 05/08/2015

S'ABONNER AUX NOUVELLES DU FONDS

Se désinscrire

FHEL
POUR LA CULTURE
AUX CAPUCINS
29800 LANDERNEAU (FRANCE)
02 29 62 47 78

Powered by diasite
Designed by diapole