Plan du siteContactS'inscrire en ligneS'identifierAccueil
Fonds Hélène et Edouard Lerclerc
RssFacebookTwitter
POUR UNE CULTURE ACCESSIBLE A TOUS
Blog
Auteurs
      • MEL contributeur.jpg
      • Michel-Édouard LECLERC

      • Florian GAITÉ

      • metabo.png
      • Équipe Communication

      • logo FHEL jaune.jpg
      • Équipe Médiation

          • Équipe Communication
          • Publié le 19/12/2018
          • Par Équipe Communication
          • La presse en parle > Le Télégramme

          • Fonds Leclerc. Mitchell et Riopelle en grands formats
            Par Yann Le Gall
          • Les œuvres de Joan Mitchell et Jean-Paul Riopelle sont exposées du 16 au 22 avril, à Landerneau.  (Photo Claude Prigent)
          • Le musée national des Beaux-Arts du Québec cherchait une destination Outre-Atlantique où dévoiler les œuvres en résonance de Joan Mitchell et Jean-Paul Riopelle. Il a trouvé le Fonds Leclerc, à Landerneau, où les tableaux abstraits du couple américano-canadien conjuguent ou confrontent leurs forces d’attraction à partir de dimanche.

            « On peut s’encanailler », jubile Michel Édouard Leclerc, président du Fonds Hélène & Édouard Leclerc (Fhel). Le centre culturel landernéen peut s’appuyer sur sa notoriété acquise (millionième visiteur en août dernier) pour appuyer un autre dessein : exposer des artistes très peu connus en France. Après les sculptures monumentales de l’anglais Henry Moore cet été, place aux tableaux d’un « couple dans la démesure ». Ceux de l’Américaine Joan Mitchell et du Québécois Jean-Paul Riopelle. Exposition à voir du 16 décembre au 22 avril.

            « Trois quarts du public qui viendra ne les connaît pas », convient Michel Édouard Leclerc, néanmoins prêt, comme toute l’équipe du Fhel, à relever le défi de « l’élargissement et du rajeunissement de la palette des peintres à découvrir, en passant du figuratif à l’abstrait ».
             

            Propos séduisant

            En l’occurrence, les médiatrices des Capucins se préparent à recevoir pas mal de sollicitations des visiteurs landernéens devant les œuvres de Joan Mitchell (1925-1992) et Jean-Paul Riopelle (1923-2002). En tout cas, elles ne devraient pas laisser de marbre.

            Le magnétisme des tableaux très grand format, le dialogue pictural entre deux artistes qui ont vécu ensemble mais créé séparément, propos de cette exposition remarquablement amplifié par la scénographie de Jean-Julien Simonot, l’éclairage au diapason… tous ces éléments concourent à la stimulation des sens et de l’esprit.
             

            Première hors du Canada

            Le commissaire de l’exposition confirme l’impression : « En sortant de chez nous, beaucoup de visiteurs nous ont affirmé avoir vécu des émotions. Avec des expériences différentes à chaque passage », a observé Michel Martin, aux musées des Beaux-Arts de Québec puis de Toronto, où les œuvres des amants ont été, pour la première fois, mises en résonance.

            Landerneau les unit à son tour, en version augmentée. Les pièces confiées par le musée des Beaux-Arts du Québec sont complétées par des prêts de l’Opéra de Paris et d’autres grands collectionneurs, dont une toile immense de Riopelle rarement exposée au grand public. « Ils savent qu’à Landerneau, on fait ça bien », sourit le président du Fhel.
             

            Landerneau fait exception

            Jean-Paul Riopelle et Joan Mitchell ont longtemps vécu et peint à Paris. Le choix de Landerneau comme retour en France d’un couple renommée dans la Belle Province et plus globalement en Amérique du Nord, en dit long sur la réputation d’un lieu qui poursuit son ambition d’amener « le meilleur de l’art du Monde au public breton ».

            Jean-Luc Murray, directeur du musée des Beaux-Arts de Québec est sur la même longueur d’onde : « Le projet du fonds landernéen correspond à l’approche nord-américaine. Plus directe, moins intellectuelle. Pertinent avec la communauté qui l’entoure. Une approche exceptionnelle dans le contexte français ».

            « Mitchell | Riopelle, un couple dans la démesure ». Exposition au Fonds Leclerc, à Landerneau, du 16 décembre au 22 avril.
            Horaires, tarifs et autres renseignements au 02 29 62 47 78 ou sur fonds-culturel-leclerc.fr

             

            Retrouvez l'article en ligne ici.

          • Votre réaction
          • Prénom
            Nom
            CourrielMerci d'indiquer votre courriel si votre commentaire nécessite une réponse personnelle.
            Commentaire
            Code de vérificationSaisissez ce code.

S'ABONNER AUX NOUVELLES DU FONDS

Se désinscrire

FHEL
POUR LA CULTURE
AUX CAPUCINS
29800 LANDERNEAU (FRANCE)
02 29 62 47 78

Powered by diasite
Designed by diapole