Plan du siteContactS'inscrire en ligneS'identifierAccueil
Fonds Hélène et Edouard Lerclerc
RssFacebookTwitter
POUR UNE CULTURE ACCESSIBLE A TOUS
Blog
Auteurs
      • ghsthy.png
      • Marie-Pierre BATHANY

      • MEL contributeur.jpg
      • Michel-Édouard LECLERC

      • metabo.png
      • Équipe Com°

      • logo FHEL jaune.jpg
      • Équipe Médiation

          • Équipe Médiation
          • Publié le 12/10/2016
          • Par Équipe Médiation
          • Le Cirque

          • Marc Chagall, Le Cirque bleu, 1950-1952 _ Photo RMN-Grand Palais (musee Marc Chagall) Gerard Blot © CHAGALL © Adagp, Paris 2016
          • Le monde du cirque a toujours participé activement aux rêves de Chagall. Les saltimbanques, illusionnistes de la vie, un jour ici, un jour ailleurs, étaient très attendus à Vitebsk. Ils sillonnaient la Russie d’alors et amenaient un air de liberté et de fête qui fascinait l’enfant qu’il était encore. Ce sera dans les années 1960 que de luxuriantes gouaches ou lavis raviveront ses rêves d’enfance.  C’est ainsi que, d’un trapèze à l’autre, les hommes et les femmes en costume de lumière frôlent le ciel, les jongleurs sont au côté des écuyères en équilibre sur de superbes alezans, les funambules proches des acrobates ou  des clowns fardés, rutilants  de couleurs. Ils se déploient au rythme d’une musique populaire sur une piste qui focalise les  regards de spectateurs étonnés, et du peintre désormais complice.

             

            The world of the circus has always been prominent in Chagall’s dreams. In Vitebsk, the transient acrobats and illusionists were always eagerly awaited; travelling to every corner of Russia, they brought with them an air of freedom and celebration that fascinated his inner child. In the 1960’s, luxurious gouaches or wash paintings would rekindle his childhood dreams. From one trapeze to another, he created men and women in glittering costumes that nearly touched the sky, jugglers that performed beside bareback riders balanced upon magnificent horses, and tightrope walkers that rubbed shoulders with acrobats or colourful, heavily made-up clowns. All moved to the beat of popular music in the circus ring that became the centre of attention for the surprised spectators and the now complicit painter.

          • Votre réaction
          • Message
            Prénom
            Nom
            CourrielMerci d'indiquer votre courriel si votre commentaire nécessite une réponse personnelle.
            Commentaire
            Code de vérificationSaisissez ce code.
          • Commentaires
                • Le 01/11/2016
                • par Rémi PAUL
                • Cette peinture de Chagall m'a tout de suite fait penser à la femme-canon des cirques à triple pistes de mon enfance: Pinder, Amar et Bouglione. À quoi pouvait-elle bien penser en traversant, projetée, hors du fût du canon, dans les airs, d'un bout à l'autre du cirque, cette femme aérienne? Le tableau du maître l'illustre à merveille. Je n'ai pas changé d'avis, bien au contraire, en découvrant l'œuvre originale. Votre commentaire l'illustre à merveille.
                  Merci de nous le faire partager.
                  http://www.arlequin-rp2000.net/page4.htm

S'ABONNER AUX NOUVELLES DU FONDS

Se désinscrire

FHEL
POUR LA CULTURE
AUX CAPUCINS
29800 LANDERNEAU (FRANCE)
02 29 62 47 78

Powered by diasite
Designed by diapole