Plan du siteContactS'inscrire en ligneS'identifierAccueil
Fonds Hélène et Edouard Lerclerc
RssFacebookTwitter
POUR UNE CULTURE ACCESSIBLE A TOUS
Blog
Auteurs
      • ghsthy.png
      • Marie-Pierre BATHANY

      • MEL contributeur.jpg
      • Michel-Édouard LECLERC

      • metabo.png
      • Équipe Com°

      • Florian GAITÉ

      • logo FHEL jaune.jpg
      • Équipe Médiation

      • metabo.png
      • Clémence PELLETEUR

          • Équipe Médiation
          • Publié le 30/12/2017
          • Par Équipe Médiation
          • Pas à pas >> LA FIGURATION LIBRE

          • François Boisrond, Nos années 80, 1986_Collection particulière © ADAGP, Paris 2017
          • En France, l’appellation « figuration libre », donnée par Ben en 1981, très ouverte au départ, se recentre autour de Rémi Blanchard, François Boisrond, Robert Combas, Hervé, Di Rosa et de leurs plus proches : Richard (Buddy) Di Rosa et Louis Jammes. Catherine Viollet expose avec eux dès l’origine, fait des oeuvres en commun, puis prend un chemin différent. Ben, Philippe Hortala ou Mission totale s’inscrivent pour un temps dans la même mouvance. Richard (Buddy) Di Rosa témoigne : « Le groupe d’amis que nous étions a été considéré comme porteur d’un nouveau mouvement ; et c’est vrai que le milieu de l’art avait besoin de se reconnaître dans quelque chose de nouveau, d’inattendu, de provocateur. [...] On ne s’est jamais tous retrouvés en train de se dire : “On crée un mouvement, on l’appellera la figuration libre, on va écrire un manifeste, on va faire ci et ça” ; jamais ! C’est un enchaînement de circonstances qui s’est fait, boum, boum, boum... Une rencontre dans le temps et dans l’espace. »

             

            In France, “figuration libre”, which was a very broad term in the beginning, later refocused on a group comprising Rémi Blanchard, François Boisrond, Robert Combas and Hervé Di Rosa and then expanded to include their closest friends Richard (Buddy) Di Rosa and Louis Jammes. In a brief collaboration, Catherine Viollet, who exhibited with them from the very beginning, created joint works. Also in this group were, as Ben called them, the “satellites”: himself, Philippe Hortala and Mission totale. Richard (Buddy) Di Rosa said: “We were a group of friends who were regarded as having started a new movement. And it’s true that the art scene needed to identify with something new, unexpected and provocative. […] We never said “Let’s create a movement, we’ll call it figuration libre, we’ll write a manifesto, we’ll do this and that”. Never! It was a set of circumstances that spontaneously came into being”.

          • Votre réaction
          • Prénom
            Nom
            CourrielMerci d'indiquer votre courriel si votre commentaire nécessite une réponse personnelle.
            Commentaire
            Code de vérificationSaisissez ce code.

S'ABONNER AUX NOUVELLES DU FONDS

Se désinscrire

FHEL
POUR LA CULTURE
AUX CAPUCINS
29800 LANDERNEAU (FRANCE)
02 29 62 47 78

Powered by diasite
Designed by diapole