Plan du siteContactS'inscrire en ligneS'identifierAccueil
Fonds Hélène et Edouard Lerclerc
RssFacebookTwitter
POUR UNE CULTURE ACCESSIBLE A TOUS
Blog
Auteurs
      • MEL contributeur.jpg
      • Michel-Édouard LECLERC

      • Florian GAITÉ

      • metabo.png
      • Équipe Communication

      • logo FHEL jaune.jpg
      • Équipe Médiation

          • Équipe Médiation
          • Publié le 05/08/2019
          • Par Équipe Médiation
          • Pas à pas > "Muséum national d’Histoire naturelle"

          • Jean-Marie Delavay (1834-1895) Spécimen de Primula vialii Delavay ex Franch, 1888 Planche d’herbier : plante séchée, papier, colle, encre Collection de Botanique Paris, Muséum national d’Histoire naturelle, P04907316 Photo Véronique Durand-Andro
          • Émerveiller pour instruire
            Un échantillon des merveilles du Muséum national d’Histoire naturelle passe l’été dans le Finistère. Ce n’est que justice : depuis les premières expéditions scientifiques, nombre de ses collections y ont transité. Et les stations marines du Muséum à Dinard et à Concarneau sont des pôles de recherche et de conservation dédiés à l’étude et à la défense de la biodiversité marine. Dès sa fondation, le Jardin du Roi – l’ancienne appellation du Jardin des plantes, le site historique du Muséum – était doté d’un cabinet de curiosités. Y étaient conservés des insectes, herbiers, fossiles, squelettes de monstres, habits de plumes à l’usage des « Amériquains », ainsi que l’embryon de ce qui allait devenir la première bibliothèque d’histoire naturelle. Ce cabinet était le coeur précieux de l’institution, son étendard. Pour recréer l’émotion que pouvait susciter cet assemblage, il a fallu faire des choix qui déclinent toutes les tensions inhérentes à la conservation des collections naturalistes.

            Science et art / la classification des collections est au coeur de l’activité scientifique du Muséum : décrire des espèces, établir leurs parentés et leur évolution sont autant de démarches que l’on retrouve dans l’ordonnancement de ses réserves.

            Stock et flux / le Muséum est un vaste conservatoire du vivant.

            Rareté et profusion / notre cabinet porte cette ambiguïté d’un monde dont nous avons su faire réserve mais qui donne les signes d’un épuisement de ses réserves.

            Les gens des collections / le cabinet sublime l’objet au point d’en faire oublier les conditions de son entrée en collection. Derrière chaque objet, il y a pourtant l’histoire d’une personne qui a fait le choix et le geste de sa collecte, qui a publié sa description, et qui, bien souvent, a mêlé son nom à celui de l’objet. Bruno David, Président du Muséum national d’Histoire naturelle.

             

            Enthral to teach
            A sampling of the wonders of the Muséum national d’Histoire naturelle is spending the summer in the Finistère. It’s only fair: from its first scientific expeditions, several of its collections have passed through. The marine biological stations of the Muséum in Dinard and Concarneau are centres for research
            and conservation dedicated to the study and protection of marine biodiversity. Since its foundation, the Jardin du Roi –the old name for the Jardin des Plantes, the historical site of the Muséum – was provided with a cabinet of curiosities: in there were insects, herbariums, fossils, skeletons of monsters, garments in feathers worn by the ’Ameriquains’, as well as the embryo of what was to become the first library of natural history. This cabinet was the precious core of the institution, its proud banner. To recreate the emotion stirred by such an assemblage, we needed to make choices that reflect all the tensions inherent in the conservation of naturalist collections.

            Science and art / The classification of the collections is at the heart of the Muséum’s scientific activity: to describe the species, establish their similarities and evolution are approaches found in the managing of its stock.
            Stock and flux / The Muséum is a vast conservatory of the living.
            Rarity and profusion / Our cabinet is marked by the ambiguity of a world of which we have managed to build up reserves but which shows signs of exhausting its own reserves.
            People of the collections / The cabinet enhances the object to the point of making us forget the conditions of its entry into the collection. But behind each object, there is the story of the person who made the choice and the gesture to collect it, who published its description, and who, very often, mixed his name to that of the object.

          • Votre réaction
          • Prénom
            Nom
            CourrielMerci d'indiquer votre courriel si votre commentaire nécessite une réponse personnelle.
            Commentaire
            Code de vérificationSaisissez ce code.

S'ABONNER AUX NOUVELLES DU FONDS

Se désinscrire

FHEL
POUR LA CULTURE
AUX CAPUCINS
29800 LANDERNEAU (FRANCE)
02 29 62 47 78

Powered by diasite
Designed by diapole