Plan du siteContactS'inscrire en ligneS'identifierAccueil
Fonds Hélène et Edouard Lerclerc
RssFacebookTwitter
POUR UNE CULTURE ACCESSIBLE A TOUS
Blog
Auteurs
      • MEL contributeur.jpg
      • Michel-Édouard LECLERC

      • ghsthy.png
      • Marie-Pierre BATHANY

      • metabo.png
      • Équipe Communication

      • logo FHEL jaune.jpg
      • Équipe Médiation

          • Équipe Médiation
          • Publié le 10/03/2020
          • Par Équipe Médiation
          • Pas à pas > Grünewald

          • Velickovic_Grünewald, 2004_Collection particulière_Photo © Zarko Vijatovic © Adagp, Paris 2019
          • Depuis 1994, Velickovic a beaucoup travaillé à partir de la
            Crucifixion du Retable d’Issenheim. La série entière est
            appelée Grünewald, comme le tableau de 2004, un de ses
            principaux chefs-d’oeuvre. Ce qui intéresse Velickovic en
            Grünewald, c’est qu’il a porté au paroxysme le thème de la
            Passion. Or Velickovic est lui-même un peintre du
            paroxysme, à la recherche des signes extrêmes de la condition
            humaine. Il ne pouvait que reprendre l’iconographie de
            la Passion selon Grünewald, celui qui a associé avec une
            intensité jamais atteinte les sentiments humains primordiaux
            à la souffrance et à la mort. Paula Rego a observé à propos
            de la Passion que « pour atteindre ce qu’il y a de plus profond
            dans l’art, vous devez parfois vous y confronter ».


            From 1994 onwards, Velickovic worked a great deal from
            the Crucifixion of the Isenheim Altarpiece. The whole series
            is called Grünewald, like the 2004 painting, one of his main
            masterpieces. What interests Velickovic in Grünewald is
            that he brought the theme of the Passion of Christ to a
            paroxysm. And Velickovic is a painter of paroxysm himself,
            looking for the extreme signs of the human condition. He
            had to take up the iconography of the Passion according to
            Grünewald, the painter who associated with an intensity
            never reached primordial human feeling with suffering and
            death. Paula Rego noted, on the Passion of Christ, that ‘to
            reach what is the most profound in art, you have to eventually
            confront it’.
             

          • Votre réaction
          • Prénom
            Nom
            CourrielMerci d'indiquer votre courriel si votre commentaire nécessite une réponse personnelle.
            Commentaire
            Code de vérificationSaisissez ce code.

S'ABONNER AUX NOUVELLES DU FONDS

Se désinscrire

FHEL
POUR LA CULTURE
AUX CAPUCINS
29800 LANDERNEAU (FRANCE)
02 29 62 47 78

Powered by diasite
Designed by diapole