Plan du siteContactS'inscrire en ligneS'identifierAccueil
Fonds Hélène et Edouard Lerclerc
RssFacebookTwitter
POUR UNE CULTURE ACCESSIBLE A TOUS
Blog
Auteurs
      • MEL contributeur.jpg
      • Michel-Édouard LECLERC

      • ghsthy.png
      • Marie-Pierre BATHANY

      • metabo.png
      • Équipe Communication

      • logo FHEL jaune.jpg
      • Équipe Médiation

          • Équipe Médiation
          • Publié le 01/04/2020
          • Par Équipe Médiation
          • Pas à pas > Les années récentes

          • Velickovic_Danger, 2019, Velickovic_Collection particulière_Photo © Zarko Vijatovic © Adagp, Paris 2019
          • Le dernier grand tableau de Velickovic, achevé en 2019, est
            intitulé Danger. Nous y retrouvons exactement la même
            thématique que dans Paysage aux oiseaux morts en 1964.
            La nature aura été désespérément absente en cinquante-cinq
            ans d’odyssée plastique au cours de laquelle Velickovic
            a assumé picturalement la tragédie dans son rôle littéralement
            scandaleux qui consiste à placer l’esprit humain
            face au mal injustifié. Comment sauver l’humanité qui est
            en danger ? Il faut un horizon tragique pour changer les
            choses, découvrent aujourd’hui des auteurs comme Raphaël
            Glucksmann proposant de passer par l’écologie, « l’écologie
            prise au sérieux, c’est-à-dire au tragique ». Ce que crie
            Velickovic par sa peinture depuis toujours.

             

            Velickovic’s last large painting, completed in 2019, is called
            Danger. There is in it exactly the same thematic as in Paysage
            aux oiseaux morts in 1964. Nature has been desperately absent
            in the fifty-five years of visual odyssey during which Velickovic
            has taken on tragedy in its totally scandalous role consisting
            of placing the human mind opposite unjustified evil. How to
            save humankind in danger? A tragic horizon is needed to
            change things around, as writers like Raphaël Glucksmann
            discover today, offering to retort to ‘ecology taken seriously,
            that’s to say, tragically’. And that’s what Velickovic has been
            shouting with his painting since the beginning. 

          • Votre réaction
          • Prénom
            Nom
            CourrielMerci d'indiquer votre courriel si votre commentaire nécessite une réponse personnelle.
            Commentaire
            Code de vérificationSaisissez ce code.

S'ABONNER AUX NOUVELLES DU FONDS

Se désinscrire

FHEL
POUR LA CULTURE
AUX CAPUCINS
29800 LANDERNEAU (FRANCE)
02 29 62 47 78

Powered by diasite
Designed by diapole