Plan du siteContactS'inscrire en ligneS'identifierAccueil
Fonds Hélène et Edouard Lerclerc
RssFacebookTwitter
POUR UNE CULTURE ACCESSIBLE A TOUS
Blog
Auteurs
      • MEL contributeur.jpg
      • Michel-Édouard LECLERC

      • ghsthy.png
      • Marie-Pierre BATHANY

      • metabo.png
      • Équipe Communication

      • logo FHEL jaune.jpg
      • Équipe Médiation

          • Équipe Médiation
          • Publié le 29/01/2020
          • Par Équipe Médiation
          • Pas à pas > Jeunesse

          • Vue de l'exposition Velickovic au FHEL_Photo Nathalie Savale © Adagp, Paris, 2019 © FHEL, 2019
          • Enfant, Velickovic fut témoin de la répression de la résistance
            yougoslave par l’armée allemande. Hanté dès ce moment
            par la question de la souffrance et de la mort, il découvrit, au
            Louvre, à seize ans, la Piétà de Villeneuve-lès-Avignon qui
            détermina sa vocation. Observons Paysage aux oiseaux
            morts (1964). Un paysage, mais sans végétation. La lumière
            est uniformément blanche. On distingue des oiseaux noirs.
            Ce tableau est inaugural car Velickovic ne peindra jamais
            la nature, et seuls passeront dans son oeuvre des corbeaux
            à côté des cadavres et des torturés. Tout se déroule comme
            si l’espèce humaine avait perdu le sens de la nature. Il ne resterait
            que l’effroi devant la mort, laquelle ne serait pas un
            accident, mais l’état normal de ce qui est là.

             
            As a child, Velickovic witnessed the repression of the
            Yugoslav resistance by the German army. Haunted from
            that moment by the question of suffering and death, it was
            a visit to the Louvre when he was 16, and the subsequent
            encounter with the Pietà of Villeneuve-lès-Avignon, that
            determined his vocation. Let’s have a look at Paysage aux
            oiseaux morts (1964). A landscape, but without vegetation.
            The light uniformly white. Black birds can be seen. This
            painting is a key work for Velickovic never painted nature,
            and in his oeuvre, only crows appear next to corpses and
            tortured bodies. It seems that the human species has lost
            the sense of nature. Only terror facing death remains, and
            the latter is not considered an accident, but the normal state
            of what is there.
             

          • Votre réaction
          • Prénom
            Nom
            CourrielMerci d'indiquer votre courriel si votre commentaire nécessite une réponse personnelle.
            Commentaire
            Code de vérificationSaisissez ce code.

S'ABONNER AUX NOUVELLES DU FONDS

Se désinscrire

FHEL
POUR LA CULTURE
AUX CAPUCINS
29800 LANDERNEAU (FRANCE)
02 29 62 47 78

Powered by diasite
Designed by diapole