Plan du siteContactS'inscrire en ligneS'identifierAccueil
Fonds Hélène et Edouard Lerclerc
RssFacebookTwitter
POUR UNE CULTURE ACCESSIBLE A TOUS
Blog
Auteurs
      • MEL contributeur.jpg
      • Michel-Édouard LECLERC

      • ghsthy.png
      • Marie-Pierre BATHANY

      • metabo.png
      • Équipe Communication

      • logo FHEL jaune.jpg
      • Équipe Médiation

          • Équipe Médiation
          • Publié le 17/02/2020
          • Par Équipe Médiation
          • Pas à pas > L'harmonie

          • Expérience rat, 1974_Collection particulière © Adagp, Paris 2019_HD
          • The grand style is not only a question of integrating time
            but also harmony. In Expérience rat (1974), for example,
            before considering the horror of the subject, it’s essential
            to note that the painter began by covering his bare canvas
            with titanium white. He then spread black paint on this
            white paint. The blending nourishes the black and creates
            nuances of grey, not to produce a pleasant optical effect
            but to accomplish a harmonic visual logic. Velickovic uses
            colour with parsimony, to prevent the temptation of the
            decorative. He refuses ‘the small and fleeting’ (Nietzsche)
            beauty and appears to have, since taking part in the Venice
            Biennial in 1972, created an alternative painting to Pop Art
            and Hyperrealism.


            Le grand style n’est pas seulement affaire d’intégration du
            temps, mais aussi d’harmonie. Dans Expérience rat (1974)
            par exemple, avant de considérer l’horreur du sujet, il
            convient de discerner que le peintre a commencé par recouvrir
            sa toile vierge de blanc de titane. Il a répandu ensuite
            sur ce blanc du noir. Le mélange nourrit le noir et crée
            des nuances de gris, non pas pour produire un effet optique
            séduisant, mais pour atteindre une logique picturale harmonique.
            Velickovic utilise la couleur avec parcimonie de
            manière à écarter la tentation du décoratif. Il refuse la beauté
            « petite et brève » (Nietzsche) et apparaît, depuis sa participation
            à la Biennale de Venise en 1972, comme l’inventeur
            d’une peinture alternative au pop art et à l’hyperréalisme. 
             

          • Votre réaction
          • Prénom
            Nom
            CourrielMerci d'indiquer votre courriel si votre commentaire nécessite une réponse personnelle.
            Commentaire
            Code de vérificationSaisissez ce code.

S'ABONNER AUX NOUVELLES DU FONDS

Se désinscrire

FHEL
POUR LA CULTURE
AUX CAPUCINS
29800 LANDERNEAU (FRANCE)
02 29 62 47 78

Powered by diasite
Designed by diapole