Plan du siteContactS'inscrire en ligneS'identifierAccueil
Fonds Hélène et Edouard Lerclerc
RssFacebookTwitter
POUR UNE CULTURE ACCESSIBLE A TOUS
Blog
Auteurs
      • MEL contributeur.jpg
      • Michel-Édouard LECLERC

      • Florian GAITÉ

      • metabo.png
      • Équipe Communication

      • logo FHEL jaune.jpg
      • Équipe Médiation

          • Équipe Médiation
          • Publié le 03/12/2019
          • Par Équipe Médiation
          • Pas à pas > introduction

          • Vladimir Velickovic dans son atelier, 2010_Photo © Zarko Vijatovic
          • Velickovic est à l’évidence un artiste du paroxysme, un artiste de ce que l’on appelle le grand style, au sens où l’entendait Friedrich Nietzsche : « le grand style consiste à mépriser la beauté petite et brève ». Son œuvre se déploie dans l’exposition autour de grands thèmes : l’intégration du temps, l’harmonie et le rythme.

            Tous conduisent, au centre du parcours, au moment consacré à la relation essentielle du peintre avec Grünewald qui porta jusqu’à l’intolérable la représentation de la Passion. Encadrant ces quatre séquences, la première, consacrée aux œuvres de jeunesse, et la sixième, avec les œuvres récentes, feront apparaître une constante bouleversante sur plus d’un demi‑siècle : l’absence de la nature. Sa manière d’évoquer le mystère de la condition humaine devient affirmation symétrique de la beauté de la vie.

            Une beauté évidemment « ni petite ni brève ».





            Velickovic was obviously an artist of paroxysm, an artist of what’s called the grand style, in the sense Frederic Nietzsche understood it: ‘the grand style consists in ignoring beauty that is small and fleeting’. His work unfolds in the exhibition around three themes: integration of time, harmony and rhythm. 

            All leads, at the centre of the journey, to the moment consecrated to the essential relationship of the painter with Grünewald, who represented the Passion of Christ in the most unbearable manner. Framing those four sequences, the first, devoted to the years of youth, and the sixth, with the most recent works, will reveal a distressing and permanent feature of his work, spanning more than half a century: the absence of nature. His manner in evoking the mystery of the human condition became, symmetrically, an affirmation of the beauty of life.

            A beauty that obviously is ‘not small nor fleeting’.

          • Votre réaction
          • Prénom
            Nom
            CourrielMerci d'indiquer votre courriel si votre commentaire nécessite une réponse personnelle.
            Commentaire
            Code de vérificationSaisissez ce code.

S'ABONNER AUX NOUVELLES DU FONDS

Se désinscrire

FHEL
POUR LA CULTURE
AUX CAPUCINS
29800 LANDERNEAU (FRANCE)
02 29 62 47 78

Powered by diasite
Designed by diapole