Plan du siteContactS'inscrire en ligneS'identifierAccueil
Fonds Hélène et Edouard Lerclerc
RssFacebookTwitter
POUR UNE CULTURE ACCESSIBLE A TOUS
Blog
Auteurs
      • MEL contributeur.jpg
      • Michel-Édouard LECLERC

      • ghsthy.png
      • Marie-Pierre BATHANY

      • metabo.png
      • Équipe Communication

      • logo FHEL jaune.jpg
      • Équipe Médiation

          • Équipe Médiation
          • Publié le 13/11/2020
          • Par Équipe Médiation
          • ZOOM SUR...

          • La couverture de la première édition de "La Foire aux immortels", Enki Bilal, 1980
          • Enki Bilal, "La Foire aux immortels", 1980. Couverture de la première édition. Collection particulière
          • « On voit bien la rondeur de la Terre. Elle est bordée d’un joli bleu. »

            “ One can really see the curvature of the Earth. It is edged by a beautiful blue.”


            Youri Gagarine
            à bord du vaisseau Vostok 3KA
            12 avril 1961

             

            Des albums de jeunesse d’Enki Bilal (Mémoires d’outre-espace), aux plus récents (la série Bug), en passant par ses films (Immortel (ad vitam)), l’espace occupe une place toute particulière dans l’univers de l’artiste.
            Sur la couverture de la première édition de La Foire aux Immortels, le personnage de Nikopol est au centre, vêtu d’une combinaison spatiale, son casque près de lui. Il revient d’une hibernation de près de trente ans dans une capsule pénitentiaire spatiale, qui sert de décor à la scène. Il est entouré de plusieurs créatures mystérieuses. Nikopol a perdu sa jambe droite lors de la chute de sa navette et s’est fait greffer, par le dieu Horus, une jambe en métal sculptée dans le rail d’une ligne de métro. Il est devenu hybride.

            A bientôt pour un nouveau zoom sur une œuvre de l'exposition "Enki Bilal" ! 

            #expoEnkiBilal #leFHELchezvous #Culturecheznous 


            From his graphic novels of youth (Memories of outer space) and his most recent (the series Bug) to his films (Immortel (ad vitam)), space occupies a very special place in the universe of the artist.
            On the cover of the first edition of The Carnival of Immortals, the character of Nikopol occupies central stage, dressed in a spacesuit, his helmet at his side. He is just back from a thirty years’ hibernation in a penitentiary space capsule that is the background of the scene. He is surrounded by several mysterious creatures. Nikopol has lost his right leg during the fall of his space shuttle, and had grafted, by the god Horus, a metal leg sculpted from the rail track of a metro line, making him a hybrid.

          • Votre réaction
          • Prénom
            Nom
            CourrielMerci d'indiquer votre courriel si votre commentaire nécessite une réponse personnelle.
            Commentaire
            Code de vérificationSaisissez ce code.

S'ABONNER AUX NOUVELLES DU FONDS

Se désinscrire

FHEL
POUR LA CULTURE
AUX CAPUCINS
29800 LANDERNEAU (FRANCE)
02 29 62 47 78

Powered by diasite
Designed by diapole