Fonds Hélène et Edouard Lerclerc
RssFacebookTwitter
POUR UNE CULTURE ACCESSIBLE A TOUS
Blog
Auteurs
      • MEL contributeur.jpg
      • Michel-Édouard LECLERC

      • ghsthy.png
      • Marie-Pierre BATHANY

      • metabo.png
      • Équipe Communication

      • logo FHEL jaune.jpg
      • Équipe Médiation

          • Équipe Médiation
          • Publié le 08/04/2021
          • Par Équipe Médiation
          • ZOOM SUR...

          • "Julia & Roem", Trilogie Coup de sang, Enki Bilal, 2011
          • Trilogie Coup de sang Julia & Roem, 2011 Crayon gras sur papier teinté, réhauts de pastel, 27,9 x 40,4 cm Atelier de l’artiste
          • « Le capitaine mit sous mes yeux une épure qui donnait les plan, coupe et élévation du Nautilus. Puis il commença sa description en ces termes : « Voici, monsieur Aronnax, les diverses dimensions du bateau qui vous porte. C’est un cylindre très-allongé, à bouts coniques. […] La longueur de ce cylindre, de tête en tête, est exactement de soixante-dix mètres, et son bau, à sa plus grande largeur, est de huit mètres. »

            “ The captain placed before my eyes a working drawing that showed the ground-plan, cross-section and side view of the Nautilus. Then he began his description as follows: ‘Here Professor Aronnax are the various dimensions of this boat now transporting you. It is a very elongated cylinder with conical ends. […] From tip to tip, this cylinder is exactly seventy metres, and its beam, at its widest, is eight metres.”

            Jules Verne, Vingt-mille lieues sous les mers, 1869
             

            L’ouverture d’un musée de la guerre juste en face de chez lui, à Belgrade, sensibilise très tôt Enki Bilal aux machines en tout genre. Il y observe des armes des Première et Seconde Guerres mondiales, des chars d’assaut, des avions. Cette curiosité pour la technique se retrouve dans son travail, avec une myriade de machines, réelles ou fantasmées, simples ou hybrides. L’homme n’échappe pas à cette mécanisation, qui lui permet d’augmenter ses capacités. Dans l’album Julia & Roem, paru en 2011, une Ferrari électrique tient l’un des rôles principaux. Elle accompagne les personnages dans leur traversée d’un désert apparu près de la mer Baltique, après la catastrophe environnementale, le « coup de sang », du nom de la trilogie.



            The opening of a war museum opposite his house, in Belgrade, made Enki Bilal aware of machines of all types very early on. There he discovered weapons from the First and Second World Wars,tanks, planes. That curiosity for technology is conveyed in his work, with a huge number of machines, real or fantasised, simple or hybrid. Man does not escape the mechanisation that enables him to enhance his capacities. In the graphic novel Julia & Roem, published in 2011, an electric Ferrari is one of the main protagonists. It accompanies the characters as they cross the desert that has appeared near the Baltic sea, after the environmental catastrophe, the ‘coup de sang’ the trilogy is named after.

             

            #expoEnkiBilal #leFHELchezvous #Culturecheznous
             

          • Votre réaction
          • Prénom
            Nom
            CourrielMerci d'indiquer votre courriel si votre commentaire nécessite une réponse personnelle.
            Commentaire
            Code de vérificationSaisissez ce code.

S'ABONNER AUX NOUVELLES DU FONDS

Se désinscrire

FHEL
POUR LA CULTURE
AUX CAPUCINS
29800 LANDERNEAU (FRANCE)
02 29 62 47 78

Powered by diasite
Designed by diapole