Fonds Hélène et Edouard Lerclerc
RssFacebookTwitter
POUR UNE CULTURE ACCESSIBLE A TOUS
Archives blog
          • ghsthy.png
          • Publié le 12/05/2014
          • Par Marie-Pierre BATHANY
          • DUBUFFET, L'INSOUMIS

          • Le Fonds Hélène et Édouard Leclerc pour la Culture porte son regard en cet été 2014 sur une figure majeure et singulière de l’art au 20e siècle, Jean Dubuffet.
            Deux collections exceptionnelles sont réunies pour la première fois à Landerneau : la donation Dubuffet au musée des Arts décoratifs et la collection de la Fondation Dubuffet.
          • CLEARCHANNEL 313x233 1 10e  1 .jpg
          • Dubuffet, L’insoumis

            Exposition présentée du 22 juin au 2 novembre 2014

             

            Le Fonds Hélène et Édouard Leclerc pour la Culture porte son regard en cet été 2014 sur une figure majeure et singulière de l’art au 20e siècle, Jean Dubuffet.
            Inscrit dans la modernité, l’artiste explore l’humain à l’encontre des mouvements, des acquis de l’œuvre, des principes qui régissent le monde de l’art.

            Esprit subversif, réputé iconoclaste, tout à la fois peintre et sculpteur, dessinateur et lithographe, écrivain, architecte, homme de théâtre et musicien, Dubuffet apparaît comme « un féroce adversaire de la prétention culturelle et un fervent partisan d’une expression originale et extraculturelle » (Thomas M.Messer, 1973).
            En marge des institutions et de leurs rouages, Dubuffet constitue deux grands ensembles d’œuvres, confiés au musée des Arts décoratifs (donation en 1967) et à la Fondation Dubuffet (création en 1973), dans un même souci de préserver la cohérence de sa production artistique, « loin de ces morgues d’embaumement, ces citadelles de la culture mandarine, que sont les musées » (J. Dubuffet, 1967).

            En partenariat avec Les Arts Décoratifs et la Fondation Dubuffet, le Fonds Hélène et Édouard Leclerc réunit ces deux collections majeures pour une découverte inédite du grand Œuvre de Dubuffet.
            Ce rendez-vous d’exception est donné à Landerneau, dans le grand Ouest. Gageons que cette 5e exposition aux Capucins attire de nouveau un public nombreux et curieux.

             

            Près de quinze ans après la grande exposition rétrospective au Centre Pompidou (2001), et la récente exposition aux Arts Décoratifs autour du spectacle de l’artiste, « Coucou Bazar », le Fonds Hélène et Édouard Leclerc pour la Culture a choisi de présenter cet artiste inclassable en réunissant deux collections exceptionnelles et complémentaires : la donation Dubuffet au musée des Arts décoratifs de Paris et la collection de la Fondation Dubuffet, créée par l’artiste lui-même.

             

            Argument de l’exposition


            Né au Havre en 1901, mort à Paris en 1985, l’artiste Jean Dubuffet est une figure unique dans le paysage de l’art moderne.
            Son refus de l’ordre établi, cette « asphyxiante culture » qu’il dénoncera tout au long de sa vie, lui a permis de construire une œuvre singulière, d’une surprenante créativité, échappant à toutes les catégorisations et tous les -ismes du 20e siècle.


            « Les créations d’art demandent à être regardées isolément et non dans un cadre de foire d’échantillons que les organismes culturels se plaisent à leur donner. Il me semble qu’à porter la création d’art sur un terrain de confrontations, comparaisons, compétitions, on en dénature le sens et on en appauvrit l’usage ». J.Dubuffet.

             

            Les relations houleuses que Jean Dubuffet a pu entretenir avec les pouvoirs publics français et sa forte conviction que l’œuvre d’un créateur ne peut être comprise que dans une vision globale et isolée, sont à l’origine des deux collections ici présentées. Au mitan de son œuvre, Dubuffet va ainsi décider de réunir un ensemble unique constituant « une parfaite documentation pour qui veut étudier le développement de mes travaux » qu’il donne en 1967 au Musée des Arts décoratifs (21 peintures, 7 sculptures, 144 œuvres sur papier et de nombreuses lithographies).
            Toujours dans l’intention de préserver un groupe d’œuvres accessible au public, Dubuffet crée sa propre fondation quelque temps après, en 1973.

            Outre la dotation initiale, il va prélever chaque année, jusqu’à son décès, des œuvres de sa production en cours pour les donner à sa Fondation.
            Cette dernière est également légataire de tous les carnets de croquis de l’artiste.
            La donation de Jean Dubuffet au musée des Arts décoratifs et la création de la Fondation Dubuffet sont donc intimement liées et procèdent d’une même intention.

             

            Parcours de l’exposition

             

            Organisée chronologiquement en quatre grandes sections, l’exposition ouvre sur une évocation de la période que Dubuffet a qualifiée de « Préhistoire » (1918-1936), période de tâtonnements et de recherches précédant la rupture de 1942,
            date à laquelle il décide de se consacrer définitivement à la peinture après avoir longtemps hésité entre le commerce familial de négoce en vins et une activité artistique.


            De la préhistoire aux années 1950 (1918 – 1950)
            L’Homme du commun – Portraits – Sahara
            Célébration de la matière (1950 – 1961)
            Paysage du mental – Les Phénomènes – Texturologies et Matériologies
            L’Hourloupe (1962 – 1974)
            Edifices – Coucou Bazar
            Les dernières années (1975 – 1984)
            Théâtres de mémoire – Psycho-sites – Mires et Non-lieux

            L’exposition présente plus de 210 œuvres : 64 peintures, 42 sculptures et maquettes d’architecture, ainsi qu’une centaine d’œuvres sur papier dont une sélection est exposée dans un cabinet des dessins spécialement créé.
            Les carnets de croquis de l’artiste sont mis en évidence dans certaines sections. Une large vitrine évoquera les écrits de Jean Dubuffet, ses activités dans le domaine de la musique, l’estampe et les livres illustrés. Elle évoquera aussi l’intérêt qu’il a porté aux créateurs produisant hors des circuits officiels, pour lesquels il a inventé le terme d’Art Brut, et dont il avait constitué une collection qu’il acceptera d’exposer pour la première fois dans un musée, celui des Arts décoratifs, en 1967.

             

            Jean Dubuffet et le musée des Arts décoratifs


            Outre la première exposition rétrospective de l’artiste, organisée par le musée en 1960, les positions anti-culturelles de Dubuffet l’amènent à choisir cette institution au statut indépendant, qui, sous l’impulsion de François Mathey, fut, dans les années 1960 et 1970, l’un des lieux majeurs de la création artistique parisienne, en marge des institutions existantes. C’est pour cette raison que Dubuffet est resté fidèle au musée des Arts décoratifs et a décidé de lui donner la priorité quand il s’agissait de présenter ses œuvres les plus récentes.
            L’exposition donne donc un coup de projecteur sur les trois expositions majeures organisées par le musée après la donation de 1967: « Édifices, projets et maquettes d’architecture » (1968), « Parachiffres, Mondanités et autres peintures de 1975 » (1976), mais aussi « Le Salon d’été et autres » (1978), à propos du projet pour la Régie Renault, organisée à l’époque du procès entre l’artiste et la Régie.

             

            Créé à l’automne 2011, le Fonds Hélène et Édouard Leclerc pour la Culture est un fonds de dotation animé par un conseil d’administration, présidé par Michel-Édouard Leclerc. 
            Son objectif est de soutenir et conduire toute mission d’intérêt général à caractère culturel.
            Réunies pour la première fois à Landerneau, les deux collections représentent ainsi un ensemble unique que l’artiste considérait comme essentiel pour la compréhension de son travail.

            Cette exposition est réalisée en partenariat avec Les Arts Décoratifs, Paris et la Fondation Dubuffet, Paris. 

             

             

          • Votre réaction
          • Prénom
            Nom
            CourrielMerci d'indiquer votre courriel si votre commentaire nécessite une réponse personnelle.
            Commentaire
            Code de vérificationSaisissez ce code.
          • Commentaires
                • Le 19/11/2014
                • par patrick mahieu
                • l'exposition Dubuffet sera t'elle remonté ailleurs?
                • Le 23/05/2014
                • par Françoise LE GOFF
                • Merci au Fonds Hélène et Èdouard LECLERC , depuis 2011 le grand Ouest rivalise avec les expos de Paris.

S'ABONNER AUX NOUVELLES DU FONDS

Se désinscrire

FHEL
POUR LA CULTURE
AUX CAPUCINS
29800 LANDERNEAU (FRANCE)
02 29 62 47 78

Powered by diasite
Designed by diapole