Fonds Hélène et Edouard Lerclerc
RssFacebookTwitter
POUR UNE CULTURE ACCESSIBLE A TOUS
Archives blog
          • logo FHEL jaune.jpg
          • Publié le 16/08/2015
          • Par Équipe Médiation
          • Jeu-concours "Marche avec Giacometti"

          • Jusqu'au 25 septembre, participez au jeu-concours "Marche avec Giacometti", en partenariat avec Bretagne au cœur !
            Composez une création originale inspirée par l’œuvre "en mouvement" d'Alberto Giacometti.
            A gagner : un séjour culturel à Paris, des Pass pour visiter les expositions du FHEL, des catalogues, des affiches...
            Rendez-vous sur le site de Bretagne au cœur et à l'accueil du FHEL pour connaître les modalités de participation !
          • Affiche jeu concours Giacometti.png
          • Votre réaction
          • Prénom
            Nom
            CourrielMerci d'indiquer votre courriel si votre commentaire nécessite une réponse personnelle.
            Commentaire
            Code de vérificationSaisissez ce code.
          • Commentaires
                • Le 16/08/2015
                • par François BECHU
                • Giacometti est breton. Ni de souche, ni de houle, bien sûr, mais breton de par son être : silhouette d’ici façonnée à la pointe de ses propres doigts c'est sûr, phares en mouvement, ongles-lumière qui le dessinent sans trêve dans l’air du large. Aucune autre origine – si ce n’est ce fil de corps que lui-même tire et tasse et nourrit encore jusqu’à l’éclosion ; une éclosion dont il est à peine le témoin ! Une œuvre pour quoi, alors ? Une œuvre pour renaître ?
                  Vrai breton dur à l’instant, il transforme plaies en chemins. Il est passé, il reste. Un reflet dans l’œil du monde. Sa marche en noir et blanc dans Paris suffit à montrer le seul geste de vivre, le sien. « L’homme qui marche » (1960) L’un des trois exemplaires pour quelques mois à Landerneau, sur place. Entouré d’hommes et de femmes qui forment spirales et, trouvant élan, elles le quittent en « marchant » mais autrement !... Elles se demandent d’où vient cette ivresse !

                  De dos les visiteurs sont chacun un bout du fil qui disparaît, tremble et se tend, et se noue à ce qui redevient... Une ligne fait roman. Je lis. L’impression d’accueillir en soi un nouveau territoire nourrit une émotion telle que d'ordinaire ici seule une marée chaque jour la sait provoquer.
                  François Béchu. 5 août 2015.

S'ABONNER AUX NOUVELLES DU FONDS

Se désinscrire

FHEL
POUR LA CULTURE
AUX CAPUCINS
29800 LANDERNEAU (FRANCE)
02 29 62 47 78

Powered by diasite
Designed by diapole